« Mon inspiration provient tout droit de mon vécu au quotidien. » – Claudel Noubissie

Ce mois, notre coup de coeur est M. Claudel Noubissie, ce serial entrepreneur qui a fondé entre autres la Start-up Academy qui aide et accompagne les Camerounais dans leur projet entrepreneurial. Il a également créé SOS Médecins Cameroun et Glob@l @rchives, la marque de vêtement "Sur Mesure", écrit de nombreux bouquins, déterminé à contribuer à l'essor de la société....

Partager l'article

Bonjour M. Claudel Noubissie. Vous êtes médecin de formation, entrepreneur, fondateur de la Start-up Academy, co-fondateur de « SOS Médecins Cameroun », de Glob@l @rchives, écrivain, créateur de la marque de vêtements « Sur mesure », etc…. Comment expliquez-vous cette polyvalence et votre implication dans autant de domaines bien distincts les uns des autres?

Bonjour Jeunesse du Mboa et merci de m’accorder cette interview.

Lorsque j’ai étudié notre système éducatif, je me suis rendu compte qu’il y avait une légère manipulation qui nous empêche en réalité de pouvoir explorer toutes les potentialités de notre cerveau et ce principe s’appelle L’ULTRA-SPÉCIALISATION.

C’est-à-dire, on vous pousse à faire une seule discipline pour en devenir un spécialiste pourtant, le cerveau a la capacité à exécuter huit disciplines différentes sans faire la moindre confusion raison pour laquelle, ayant toujours l’envie de repousser mes limites, en autodidacte, je me suis mis à apprendre beaucoup d’autres secteurs d’activités en dehors de ma formation principale (médecin) afin de mener des activités qui me passionnent comme l’informatique, la mode, l’économie, etc. expliquant ainsi cette polyvalence.

Où puisez-vous votre énergie et votre inspiration pour accomplir tous ces projets?
Je puise mon énergie et surtout mon inspiration de toutes les frustrations accumulées tout au long de mon parcours.

Ce sont ces difficultés (sociales, économiques, familiales, émotionnelles..) qui m’ont donc poussées à tout mettre en œuvre pour essayer de démontrer à ceux qui n’ont jamais cru en moi que je n’étais pas un idiot et surtout, mon inspiration provient tout droit de mon vécu au quotidien.

Vous devez d’abord vous battre vous-même avec ce dont vous disposez

SOS Médecins Cameroun est donc une association de professionnels de la santé offrant aux patients des services de consultation et de soins à domicile. Vous proposez aussi une carte vitale servant à bénéficier d’un certain nombre de services rapidement… A ce jour, combien de Camerounais ont déjà cette carte ? Aussi, êtes-vous en collaboration avec le ministère de la santé ou une institution pour sa mise en place à l’échelle nationale ?

A ce jour, une centaine de patients environ sont titulaires de cette carte.

Nous travaillons encore avec les institutions étatiques afin qu’elle puisse s’étendre beaucoup plus rapidement à un plus large éventail de la population à l’échelle nationale.

Vous avez lancé depuis peu ce slogan « J’ai vendu mon lit ! » afin de pousser les Camerounais à se réveiller et à agir pour le développement du pays. Comment expliquez-vous le défaitisme et le pessimisme qu’on retrouve chez certains Camerounais ?

Le défaitisme et le pessimisme qu’on retrouve chez certains Camerounais s’expliquent par un seul fait, selon mon point de vue : Le système éducatif complètement désuet et tributaire de l’époque coloniale qui ne correspond plus à notre réalité sociale, économique et culturelle.

Ce qui explique le fait que, les jeunes, lorsqu’ils sortent de l’école, puisqu’on leur a dit qu’il suffit d’avoir des diplômes et le tour est joué, ils y vont pour obtenir les diplômes au lieu de rechercher la connaissance et, au sortir de ces institutions professionnelles, atteint d’une maladie que j’appelle « la Diplô-mythe », une infection causée par une abondance de diplômes sans consistance intellectuelle (indispensable pour s’en sortir sur le plan professionnel), il se retrouve à ramer sans savoir où ils vont.

Cette situation n’est pas améliorée par une élite qui sert les intérêts de la finance et non de la population.

D’où l’importance de « vendre son lit » pour avoir une chance de s’en sortir !

 

Et justement pour se « reveiller » et agir, des jeunes camerounais attendent et espèrent une action ou une aide, par exemple de l’Etat. Que pouvez-vous dire à ces jeunes qui n’ont pas toujours les moyens de leur politique ? 

Je leur dirais simplement que l’état c’est d’abord et surtout nous-mêmes !

Lorsque vous jouez au loto, il y a un principe de base : VOUS DEVEZ ACHETER VOTRE TICKET !!!

Ce ticket correspond à votre travail personnel que vous devez fournir avant de songer au fait qu’on puisse vous venir en aide.

Vous devez d’abord vous battre vous-même avec ce dont vous disposez, c’est un peu cela que j’explique dans mon dernier ouvrage « Le Jeune entrepreneur Africain ».

En février 2016, nait la Start Up Academy, une école pour se former sur l’entrepreneuriat. Selon vous, quels atouts doit avoir un(e) Camerounais(e) pour devenir un(e) bon(ne) entrepreneur(e) ? Et quels sont les difficultés auxquelles il/elle doit s’attendre ?

Les atouts :
– La persévérance,
– La détermination,
– L’esprit de compétition,
– Le goût du risque.

Les difficultés :
– L’entourage et l’environnement des affaires,
– La bureaucratie administrative,
– La ressource humaine qualifié et intègre.

 

Glob@l @rchives est une société spécialisée dans la dématérialisation et la virtualisation des archives, papiers et électroniques utilisant une technologie appelée le “CLOUD COMPUTING”. Pourquoi avoir créé une telle entreprise ? Avez-vous facilement trouver des clients quand au Cameroun, on privilégie jusqu’à présent le support papier ?

Glob@l @rchives nait d’un constat simple. Lorsque j’étais étudiant en médecine, plusieurs étudiants de facultés différentes rédigeaient chaque année des mêmes thèses !

Par exemple, un étudiant de la faculté de médecine de Buea voudrait faire une thèse sur les hépatites virale, il tape son sujet sur internet et ne trouve pas d’études sur son thème mené au Cameroun.

Il fait sa thèse, après sa soutenance, la dépose à la bibliothèque et juste après, va travailler dans un hôpital sans la publier !

Ensuite, un autre étudiant de Yaoundé, voulant faire la même thèse, fait des recherches sur internet et remarque que cela n’a pas encore été fait (puisque pas publié) et fait donc la même thèse !

L’idée de Glob@l @rchives était donc, de créer une plateforme pour y stocker des archives dématérialisés (surtout des thèses d’étudiants en médecine au départ) afin que ce problème ne se produise plus, c’était ça l’idée de départ et les responsables de facultés étaient plutôt favorables à cette approche.

Comment vous est venue l’idée de créer la marque de vêtement « Sur Mesure » ? Se cache-t-il derrière ce projet un message ? une vision ?

Sur mesure naît d’une problématique, lorsque vous voulez acheter un vêtement, vous êtes obligé d’acheter ce que quelqu’un d’autre aimait !

Le but est donc de mettre le besoin du client au centre en lui permettant de choisir son tissu, son modèle de couture, ses couleurs, de bénéficier de l’avis d’expert qui en fonction de sa carrure lui choisiront des vêtements qui lui iront le mieux et de lui réaliser son vêtement, « Sur Mesure » et surtout, avec le slogan « j’ai vendu mon lit » implanter dans son cerveau qu’au quotidien il doit se battre pour réaliser ses rêves, c’est plus qu’un vêtement en fait, c’est une Idéologie, Un Mode de vie !

Parmi les livres que vous avez eu à écrire, on retrouve « Le Marketing Hospitalier », livre sur comment doivent être gérés les services dans les milieux hospitaliers. Comment vous est venue l’idée de ce livre ? Que pensez-vous de vos confrères qui ont du mal à savoir gérer les personnes en détresse ?

LA PLUPART DES SCANDALES SANITAIRES AU CAMEROUN EST LIÉ À UN PROBLÈME DE COMMUNICATION !!!

Et, les structures hospitalières ont donc L’OBLIGATION de Soigner leur communication verbale et non verbale entre la Patientèle et le Personnel Hospitalier, car le seul patron dans un hôpital, c’est le Patient.

Il peut licencier tout le monde, du directeur à l’employé en faisant une chose simple :

ALLER SE FAIRE SOIGNER AILLEURS !

Le but de ce livre est donc de présenter et d’expliquer la notion de relation patient-Personnel soignant et surtout la notion d’expérience Patient – Personnel Soignant, sur un plan marketing afin d’améliorer cet aspect ô combien important, mais souvent négligé.

On dit souvent qu’il est difficile de sourire à un patient lorsque soi-même on souffre.

Le système de santé médiocre de notre pays et la condition misérable du personnel soignant en est aussi une conséquence, bien que cela ne justifie pas certaines errances.

Notre pays regorge d’opportunités INDESCRIPTIBLES et s’ils ne vendent pas leur lit pour les saisir, les autres le feront à leur place tout simplement…

Avant de terminer cet interview, pourriez-vous nous dire quel est le nombre total d’emplois que tous vos projets ont créé derrière ? Quels sont vos perspectives ?

Quelques statistiques de la startup Academy en 1 an d’existence :

– 1837 personnes ayant participés à nos 24 conférences,

– 93 Structures dont nous avons participés à la création

– 101 emplois directs

– Environ 702 emplois indirects

Perspectives :

Créer une institution où, à la sortie, les jeunes soutiendront une thèse sur l’entreprise qu’ils ont créée et qui fonctionne déjà sinon, pas de diplômes !

Le diplôme sera = à l’entreprise que vous avez pu créer grâce à cette nouvelle formation qui donnera des outils pour sortir de là employeur et non salarié.

Enfin, quel ultime conseil aimeriez-vous passer aux jeunes Camerounais qui ont perdu espoir, qui ne croient plus au Cameroun et qui se laissent vivre seulement ?
Je leur dirais que j’ai mené une étude dans les principaux hôtels de notre pays :

Constat : la plupart des pensionnaires sont des étrangers !

Qu’est-ce qu’ils viennent tous chercher ici, si notre pays est si pauvre ?

Qu’est ce qui explique le fait que nous importons même des cure-dents ?

Savent-ils le marché que cela représente par an ?

Notre pays regorge d’opportunités INDESCRIPTIBLES et s’ils ne vendent pas leur lit pour les saisir, les autres le feront à leur place tout simplement…

Partager l'article

Comments

comments

Laisser un commentaire