Vidal Kenmoe, le maître bottier à la recherche de l’excellence !

Vidal Kenmoe est un jeune maitre bottier, créateur de la marque Shoes by Vidal, basé à Douala au Cameroun.

Partager l'article

Bonjour Vidal Kenmoe. Comment vous êtes venue cette passion ?
Bonjour. Mon amour pour les chaussures date de mon enfance. Merci à ma mère qui m’a toujours bien chaussé pour l’école et les balades. Ensuite mon temps passé dans l’armée Royale Britannique ou être bien vêtis et surtout avec des bottes impeccables (selon le standard de l’adjudant) était impératif.

Est-ce qu’au départ, votre famille et votre entourage vous ont soutenu ? Comment avez-vous réussi à les convaincre ?
Oui. Ma famille m’a toujours soutenu dans cette entreprise et mon entourage aussi. J’ai convaincu ma famille et mes collègues par mes réalisations, la qualité de mon travail, mon intégrité, ma discipline dans les délais et livraison et surtout ma volonté de toujours vouloir faire mieux.

Où vous êtes-vous formé ? 
J’ai été forme à Derby en Angleterre.

J’aspire à l excellence à travers mes souliers et c’est cette rigueur qui les rend luxueux.

« Shoes by Vidal » est une marque de luxe. Il est connu que des Camerounais, quand ils en ont la possibilité, aiment s’offrir des vêtements et accessoires de luxe. Mais l’attrait pour les marques occidentales qu’ont nos compatriotes ne vous effraie pas ? Comment réussissez-vous à vous démarquer ?
Pas du tout. Je pense qu’il y a assez de marché pour chacun de nous (bottier/chausseur). Je me démarque par mon travail, mes productions qui sont essentiellement faite mains donc c’est de l’art à l’état pure quand la plupart sur le marche Occidental est faite de manière industrielle.

D’ailleurs, pourquoi avez-vous choisi de créer une marque de luxe et non une bon marché, sachant que la population camerounaise est majoritairement pauvre ? 
Le standard (de luxe) qu’a la marque #Vidal n’est pas auto-attribué. C’est le résultat d’un travail méticuleux et détaillé que je m’attelle à faire jour et nuit, pendant des heures et contre tout obstacle. J’aspire à l excellence à travers mes souliers et c’est cette rigueur qui les rend luxueux.

Parlons de vos chaussures. De quoi sont-elles faites ? Arrivez-vous à vous procurer facilement les matières pour les fabriquer ? 
Mes chaussures sont faites de cuir véritable, de daim, de veau velours et de tissu divers. Oui l’approvisionnement en matière première est facile.

 

Pour fabriquer ces chaussures, travaillez-vous en collaboration avec d’autres artisans ou acteurs d’autres domaines autre que la confection de chaussure ?
Oui les vendeurs de matière première essentiellement.

Beaucoup de jeunes sont bondés de talent mais manquent les moyens d’exhiber cette richesse au public.

Proposez-vous autres styles de chaussures  que des chaussures de ville pour hommes, femmes et enfants ?
Je ne propose que des chaussures de ville pour Hommes et Femmes, pas enfant (pas pour le moment).

Quels obstacles un maître bottier peut être amener à rencontrer dans l’exercice de son métier au Cameroun ?

  • Coupures de courant intempestives et régulières, c’est mon plus grand obstacle. Mon activité nécessite essentiellement deux machines (une machine à coudre pour la pique et une bande de finition pour le semellage) et ces deux machines sont électriques. Donc à chaque coupure de courant, l’activité est en arrêt.
  • Manque de matière première de qualité et de variétés de ces matières.

Selon vous, qu’est-ce qu’il faudrait de plus pour faciliter les jeunes Camerounais(es) dans la réalisation de leur passion ?
La discipline surtout et l’enthousiasme. Je dirais aussi (très important d’ailleurs) un système de support (entourage qui pourrait aider ces jeunes financièrement) afin de les aider à démarrer. Beaucoup de jeunes sont bondés de talent mais manquent les moyens d’exhiber cette richesse au public.

Comment peut-on commander vos chaussures ? Dans quelle(s) ville(s) se trouve(nt) votre/vos atelier(s) ? 
Les commandes se font essentiellement via les réseaux sociaux (Whatsapp, Instagram, Facebook) en envoyant le modèle de votre choix et votre pointure. Mon atelier se trouve à Douala, au Cameroun.

Enfin pour terminer, quel message souhaiteriez-vous adresser aux jeunes Camerounais qui nous lisent ? 
Merci pour votre soutien.

Partager l'article

Comments

comments

Laisser un commentaire