Je suis Etudiant et PDG !

on se propose de mettre en lumière l’artisan du Grand-Nord en faisant la promotion, la vulgarisation et la distribution des produits de leurs dur labeur à fin de leurs donner un souffle nouveau, à fin de donner un souffle nouveau à l’économie en général dans cette partie du pays,

Pouvez-vous-vous présenter ?

Je suis M. OVONO ZOA Alain Thierry ; je suis étudiant en première année de thèse à l’université de Ngaoundéré-Cameroun option géographie et pratique de développement durable.

Je suis par ailleurs PDG de la start-up qui est en train de muée en SARL Zafro-Shop Cameroun. Je suis célibataire sans enfants à charge pour le moment et j’ai 27 ans le 14 juillet.

Qu’est ce que Zafro-Shop Cameroun?

Zafro-Shop Cameroun est tout d’abord un projet ; c’est un projet de vie, c’est un projet de société, c’est un projet communautaire. 27331965_1762140013804859_9203723412179517156_n

Ce projet qui est devenu aujourd’hui une startup et qui est en train de devenir un SARL a comme secteur d’activé l’artisanat et les produits artisanaux du Grand-Nord Cameroun principalement.

A Zafro-Shop Cameroun, on se propose de mettre en avant la richesse artisanale du Grand-Nord, on se propose de mettre en avant la richesse en produits naturels dont dispose le Grand-Nord, on se propose de mettre en lumière l’artisan du Grand-Nord en faisant la promotion, la vulgarisation et la distribution des produits de leurs dur labeur à fin de leurs donner un souffle nouveau, à fin de donner un souffle nouveau à l’économie en général dans cette partie du pays, à fin de renverser la courbe de la pauvreté en résolvant le paradoxe de la demande en produit au Grand-Sud alors qu’il y’a surabondance au Grand-Nord

consommons local est évidement un vieux mouvement qui prend sa source dans la doctrine du panafricanisme et donc le paroxysme et la popularisation ont été faite dans les années 80

Comment vous est venue l’idée de ce projet?

La réponse à cette question pourrais sans doute faire l’objet de tout un exposé ou alors même d’un article tant l’historique de Zafro-Shop est vaste.

Mais disons tout simplement que l’idée vient d’une observation faite pendant mes multiples voyages entre le Nord et le Sud car ce qu’il faut dire c’est que je suis allé comme étudiant au Nord après obtention de mon bac à Yaoundé et donc je me déplaçais constamment pour les congés.

Pendant mes déplacements il m’arrivait toujours de faire des cadeaux aux membres de la famille et aux amis et bien évidement c’était toujours des produits artisanaux car pour moi c’était extra.

C’est l’engouement avec laquelle ces gens accueillaient ces cadeaux qui provoqua en moi le premier déclic.

Par la suite, c’est la crise sécuritaire et les dégâts que celle-ci à causée sur l’activité artisanale et les artisans, dégâts résultant de l’absence de touristes aussi bien interne qu’externe qui m’a conforté dans la mise en œuvre de Zafro-Shop Cameroun car ce qui faut relever est que aux moments ou la crise touchait la zone, la demande en produits naturels et artisanaux dans le Grand-Sud et ailleurs qui était déjà considérable ne faiblissait point.

Pour arriver au point ou nous en somme, il nous a fallu 4 ans de navigation dans une mer trouble. La principale difficulté étant de concilier business et école. Ainsi donc, Zafro- Shop Cameroun est véritablement visible que depuis presque 4 mois et ceux grâce effectué dans l’ombre depuis 4 ans.

Il y’a une recrudescence du consommons local, que pensez vous de ce mouvement ?

Ce qui faut d’abord dire est que le mouvement consommons local est évidement un vieux mouvement qui prend sa source dans la doctrine du panafricanisme et donc le paroxysme et la popularisation ont été faite dans les années 80 avec Thomas Sankara de la haute Volta devenue Burkina-Faso aujourd’hui. Mon avis sur la question se situe à deux niveaux.

 le non dit du dit de ce mouvement c’est le boycotte des produits qui sont généralement pas les nôtres et dont les produits des autres, des occidentaux. Or qui dit boycotte dit malaise

Le premier niveau est purement géographique car ce qu’on constate à travers ce mouvement c’est un repli identitaire, un repli au protectionnisme d’un continent ou d’un bloc contre un autre bloc sur le plan économique. Car en réalité le non dit du dit de ce mouvement c’est le boycotte des produits qui sont généralement pas les nôtres et dont les produits des autres, des occidentaux. Or qui dit boycotte dit malaise allez donc voir lequel. Vue sur cet angle je trouve ce mouvement dangereux car on ne maîtrise pas toujours tous les contours ce qui pourrais conduire à des actes de Xénophobie et entraînée des crises diplomatiques et même des confits armées entre Etats.
Le second niveau est celui du business pur. A ce niveau, je dirais que c’est normal et même légitime car dans un contexte économique mondial où domine le capitalisme à outrance et où les multinationales règnent en maitre, la seule façon pour les petits pouces de tiré leurs épingles du jeu est de mettre sur pied ce genre de mouvement et vue sur ce prisme du business pur je suis un partisan même si je pense que ça restera toujours juste un coup d’épée dans l’eau.

Pourquoi devrait on consommer camerounais ?

Il y’a tellement matière à dire sur cette question, je dirais tout simplement sans être long que nous devons consommer Camerounais pour nous sauver et sauver le Cameroun. Car en réalité, le moteur d’un pays c’est son économie qui est la résultante directe de ce que celui-ci a produit et consommé en interne contre ce qu’il a importé. Et si un pays veut atteindre un niveau économiquement acceptable comme c’est le cas du nôtre actuellement, il faut que ce pays produise et que sa population consomme cette production. Donc consommer camerounais c’est assurer la survie du Cameroun et des camerounais.

Vous êtes spécialises dans les produits faits main du nord et extrême nord, pour quoi cette spécialisation ?/

Le choix du Grand-Nord est soutenu par la volonté d’effacer le mauvais cliché que certains pays occidentaux ont donné à cette région aux yeux du monde entier.

Nous voulons nous dire aux monde qu’il y’a pas que l’insécurité au Grand-Nord Cameroun, il y’a aussi des très grand artisans, de très bons produits naturels prisés de tous. Sur le plan national, nous voulons inciter le tourisme intérieur car l’autre volet de Zafro-Shop est de faire connaitre le Grand Nord sur tous ses contours car c’est une région mal connu de nous encore aujourd’hui.

Enfin, l’accès à la monnaie, à l’argent de manière continu pour les artisans pour lutter contre la faim, la dynamisation de la production des produits naturels, la labellisation de certains de ces produits, et le désenclavement économique des coins les plus reculés de cette région justifie le choix de cette spécialisation

Acheminez-vous vos produits sur l’ensemble du territoire national ? Quel procède utilisez vous ?

A nos jours Zafro-Shop Cameroun achemine ses produits dans l’ensemble du territoire national même si ce n’est pas encore la vitesse de croisière au regard de la jeunesse de la structure. Les moyens de cheminement sont les moyens habituels de l’extrême-nord jusqu’à Ngaoundéré c’est la voiture par le billet des agences de voyage qui nous servent de moyens de transport. A partir de Ngaoundéré jusqu’à Yaoundé où nous somme basé c’est le train. Dans la partie Grand-Sud, ce sont également les agences de voyages.

Pour les livraisons interne à la ville de Yaoundé, ce sont les moyens classiques tels que les motos taxis et les taxis.

Qu’est ce que le village jeunesse 2018 vous a apporté?

AFFICHE_VILLAGE_JEUNESSE_2018_

Le village jeunesse pour Zafro-Shop était il faut le dire la première véritable sortie officielle de Zafro-Shop à Yaoundé. Il nous a apporté la visibilité et à permis de tester véritablement nos produits sur le marché du Sud et de voir la réaction et les attentes des clients sur les produits. Ce fut aussi une grande expérience managériale pour le Promoteur que je suis. Il nous a permis de nous surpasser et de voir notre degré de dévotion pour cette entreprise et surtout de voir si le projet était viable. J’ai aussi connu de belles et bonnes personnes que je considère déjà comme ami comme Willy Mengue, comme vous Cathérine.

Qu’avez vous pensé de l’organisation ?

Par rapport à l’organisation, personnellement je pense qu’elle à été bâclée et qu’on aurait pu mieux faire et même très mieux faire. La communication est à revoir, le management des personnes est à revoir. Bref il faut un peu plus de professionnalisme.

Quelles étaient vos attentes en participant au business challenge qui se tenait lors de ce village ?/

Le business Chalenge avait plusieurs objectifs pour nous.

  • Le tout premier était de tester notre idée de projet devant un jury « souverain » et aux autres idées du pays pour voir ce qu’on pense de celle-ci.
  • Le deuxième était de connaitre ce que font les autres et de nouer des partenariats.
  • bien évidement le troisième était de gagné si possible et espérer un financement du projet ou alors un aide. Conséquente de la part du minjec

Avec le recul, participeriez-vous de nouveau au village jeunesse et au business challenge ? Pourquoi?

Je dirais oui avec le recul je prendrais de nouveau part au business Challenge et au village jeunesse mais avec des objectifs et des attentes bien différents car ayant déjà été averti de comme ça marche. Parce que tout simplement tant bien que mal je réussis à tiré mon épingle du jeu.

Où peut se procurer vos produits ?

Nous sommes basés à Yaoundé. Nous n’avons pas encore de siège social à proprement parlé eu égard de notre jeunesse mais d’ici la fin du mois nous comptons régler ce problème nous livrons donc sur commande pour le moment.fb_img_1524942276117-420935152.jpg

Comment vous contacter ?

Pour nous contacter vous pouvez nous écrire a l’adresse suivante :

  • zafroshop@yahoo.com , contacter les numéros suivants appelle ou whatsap : (+237) 693080085/ 699034407/694203624/695054243,
  • Facebook : Zafro-Shop Cameroun

Avez-vous un message pour la jeunesse?

Je demanderais la jeunesse de ne pas se laisser mourir de continuer à se battre et d’oser malgré les contestes difficile car

« celui qui combat peut perdre mais celui ne combat a déjà perdu »

Je vous remercie pour ce questionnaire solide et pertinent et au plaisir de travailler main dans la main.

Propos recueillis par Catherine Assogo

Partager l'article

Comments

comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.