Fonctionnaire ET entrepreneur !

Croire qu’on est au top dans l’entrepreneuriat c’est donner une belle raison à son imagination de ne plus produire, donc de ne plus innover.

Pouvez-vous-vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle MENGUE NKOLO Willy Brice. Je suis né le 06 avril 1985 à Yaoundé. Je suis ressortissant du département de la Lekié, dans la région du CENTRE. Je suis chrétien croyant d’obédience catholique. Je suis traducteur de formation, en service au Ministère des Marchés Publics. Mais par ailleurs, je suis technicien audiovisuel et infographe. Les jeux vidéo sont mon passe-temps préféré. Avant de commencer un travail, je dois d’abord jouer 3 parfois 5 matches de football (PES)

Pourquoi avoir choisi d’entreprendre ?

On entreprend quand on constate qu’il y a un problème et qu’on estime avoir la solution pour résoudre ce problème. J’ai tout simplement entrepris parce que je voulais apporter ma modeste contribution dans le processus de construction d’une communauté sociale, libre, indépendante et surtout, heureuse.

On entreprend quand on constate qu’il y a un problème et qu’on estime avoir la solution pour résoudre ce problème

En effet, je n’ai pas eu une enfance heureuse. Je préfère ne pas en dire plus à ce sujet. Plusieurs villes au Cameroun m’ont vu grandir. Ce qui fait que j’ai l’expérience plus ou moins des conditions de vie de certaines populations au Cameroun. Si j’entreprends, c’est parce que je me suis promis au nom de Dieu que si jamais je réussis dans la vie, je viendrai en aide à ceux et celles qui souffrent sans moyens importants de s’en sortir. Peu à peu, je le crois, Dieu m’aide à vraiment entreprendre pour cette communauté. Ma formation de traducteur n’est pas incompatible avec mon rêve de mettre sur pied une entreprise personnelle un jour.

CI2S, qu’est ce que c’est ?

CI2S, c’est l’abréviation de Cameroon Innovated Simple Services. C’est le nom de ma start-up créée en février 2017. C’est une entreprise prestataire de services dont l’objectif est de valoriser les professionnels qu’ils soient diplômés ou pas, mais qui ont une compétence dans un secteur d’activité.

Nous voulons également encourager les entreprises à être plus proches de leurs cibles, la population, car j’ai constaté que, chaque jour, dans nos quartiers, on découvre toujours par tout hasard une entreprise qu’on a souvent longtemps recherchée.

De façon générale, nous voulons valoriser et promouvoir l’auto-emploi. C’est la raison pour laquelle nous avons mis sur pied la plateforme ci2s pro.

C’est une plateforme d’assistance professionnelle, de proximité. En d’autres termes, nous voulons que tout le monde qui recherche un technicien puisse facilement et rapidement le retrouver sur notre plateforme dans n’importe quel quartier ou localité du Cameroun. Elle est disponible en deux versions : la version web et la version Android. La version web est disponible via l’adresse web : www.ci2s-pro.net.

Sa version Android, quant à elle, est en cours de mise sur pied et permettra à tous ceux qui n’ont pas internet de profiter de ce service.
Ce qui m’a amené à mettre sur pied ce service est que je me suis rendu compte qu’on a souvent besoin d’un technicien dans des situations vraiment très difficiles, mais on ne sait ni comment faire ni où les retrouver.

Imaginez-vous un seul instant que vous tombez en panne vers 20 heures dans une zone où vous ne connaissez personne. Que feriez-vous ? Que feriez-vous également si vous avez un problème de plomberie, électricité ou besoin d’une femme de ménage en toute urgence ?

Qui peut s’y inscrire ?

Tout le monde peut s’inscrire, car selon moi, un jour, on a toujours besoin de quelqu’un d’autre pour un besoin ou un service. Donc, en clair, les personnes physiques et les personnes morales.

L’inscription est gratuite pour tout le monde, mais pour les entreprises, elles devront payer un prix forfaitaire chaque mois pour les publicités et autres visibilités que la plateforme leur offre. S’agissant des personnes physiques, puisque c’est une plateforme des professionnelles, toute personne qui s’inscrit est considérée comme telle. Ci2s pro donne la visibilité à tout le monde : du laveur de voitures à l’ingénieur. Pour cela, il suffit de remplir un formulaire et de compléter son profil en présentant ce qu’on fait (votre profession c’est-à-dire, celle pour laquelle on peut vous solliciter ou recruter sur notre plateforme. Exemple : agent d’entretien…).

N.B. Toute personne, de par ses différentes formations professionnelle ou académique, peut avoir plusieurs professions. Pour cela, il faudra toutes les justifier sur notre plateforme. Lorsque ce n’est pas fait, vous n’êtes pas considérés comme professionnel de ce domaine. Par conséquent, la plateforme n’autorisera jamais qu’on vous sollicite ou recrute pour cette profession.
Je profite encore de cette occasion pour inviter tout le monde à s’inscrire, car un jour, vous aurez besoin d’un service ou quelqu’un aura besoin de vous.

Comment faites-vous pour attester de l’authenticité des documents qui sont fournis par vos abonnes ?

Effectivement, il faut des documents sur notre plateforme. Ils sont consignés dans un dossier que nous avons appelé le Dossier professionnel. Il comprend :

  • 01 Carte nationale d’Identité ;
  • un plan de localisation,
  • une demi-photo, une photo entière,
  • tous les diplômes ou attestations justifiant votre domaine ou vos professions
  • une lettre de recommandation, le cas échéant.
  • N.b : la lettre de recommandation concerne uniquement les personnes qui n’ont pas vraiment fréquenté.

Sur notre plateforme, le fonctionnement est assez particulier au point où ce n’est pas le diplôme que nous avons mis en valeur, mais le professionnalisme des membres. Toutefois, pour certains professionnels inscrits comme ceux relevant du corps médical, on va bien au-delà des diplômes de formation. Nous exigeons l’attestation d’inscription à l’ordre qui relève de leur formation (exemple : ordre des médecins dentistes, ordres des pharmaciens…). C’est également le cas de certains ingénieurs. Mais de façon générale, pour les autres, c’est « On reconnait le mâcon au pied du mur. »

En plus sur notre plateforme, nous avons deux principes : vous pouvez solliciter et vous pouvez recruter. Chez nous, solliciter veut dire que vous avez une urgence et vous avez besoin d’un technicien qui, lorsqu’il vient, diagnostique d’abord avant de négocier le prix avec vous. Donc si vous êtes convaincu ou si vous avez assez de moyens par rapport au problème posé, vous travaillez directement avec lui et la plateforme n’est plus impliquée. Mais si vous devez recruter, alors la plateforme est impliquée jusqu’à la signature du contrat. Ceci implique d’autres critères internes qui relèvent exclusivement de notre plateforme.

Un particulier peut décider de solliciter un professionnel d’un secteur d’activité ou de solliciter une entreprise. Dans le cas d’une entreprise, il peut la contacter directement sans passer par la plateforme, mais pour un professionnel, il est obligé de passer par un administrateur, car des conditions de sécurité et de paiement en ligne sont préalables avant tout envoi de technicien sur le terrain. En effet, nous avons des codes d’identification qui sont envoyés au client et au technicien et une photo du technicien est également envoyée au client afin qu’il sache qui il attend. Avant toute chose, le client paie préalablement en ligne des frais qui sont en fait, le transport et le travail de diagnostic du technicien. Chez nous, nous ne voulons plus que le technicien travaille pour rien. En effet, il existe malheureusement encore des cas où le technicien fait un déplacement et des diagnostics et à la fin, le client lui dit : « donne-moi ton numéro, je vais t’appeler dès que possible ». Cela ne valorise réellement pas la formation du professionnel.
Je voudrais préciser que le dossier professionnel a pour avantage qu’il rapporte automatiquement de l’argent à son propriétaire chaque fois qu’il est téléchargé. Pourquoi ? Tout simplement parce que notre objectif est de valoriser le professionnel et de protéger la vie privée des utilisateurs. Aussi, avons-nous pensé que même si vous n’êtes pas sollicité ou recruté après qu’on ait lu votre profil, votre bonheur à la fin du mois peut provenir du fait qu’on ait téléchargé votre dossier professionnel.

Quelle a été ou est votre plus grosse difficulté dans cette voie ? Et pourquoi ?

La plus grosse difficulté a été de mettre sur pied des idées qui, à chaque fois devaient répondre à un problème posé plus haut concernant un aspect de fonctionnement de la plateforme.

Ensuite, il fallait faire face à la recherche des moyens financiers pour lancer le projet. Cela implique les déplacements dans les villes du Cameroun où nous avons besoin d’une grande base de données professionnelle et géographique pour être vraiment cette plateforme de proximité que je défends.

La dernière difficulté qui, elle aussi est toujours d’actualité comme les autres, c’est d’amener les uns et les autres à croire que ce projet est réalisable et avoir encore plus de soutien.

Vous étés également père d’une petite fille, comment arrivez vous a concilié vie familiale et professionnelle ?

Ma fille est mon carburant dans ma vie professionnelle et familiale. J’imagine ce projet depuis longtemps.

Mais depuis qu’elle est née en 2017, j’ai l’impression que j’accélère même. Je franchis certains obstacles sans trop savoir j’ai résolu un problème posé. C’est clair que ma fille et moi, nous ne faisons qu’une seule personne dans ce projet.

Votre Concubine vous soutient elle ? Si oui de quelle manière ?

Si ma fille est mon carburant, elle est mon moteur. Tout ce que je fais, c’est à elle que je présente d’abord cela en lui demandant : « imagine que c’est toi… comment ferais-tu ? » Et voilà comment je résous les problèmes posés sur la plateforme.

Mon développeur fait également partie de cette chaine, car au départ, c’était un travail pour lui, mais à ce jour, c’est une nécessité pour lui de me proposer une plateforme qui répond clairement à ma vision. Leur compréhension m’a fait comprendre que je n’arrêterai pas d’avoir une vision pour une meilleure plateforme, car chaque jour, je propose toujours autre chose qui améliore ma vision.

Quels sont selon vous les critères que doit avoir le partenaire d’un entrepreneur ?

Il doit être compréhensif. Toujours apte à écouter et non à critiquer. Il doit accepter la vision de l’entrepreneur avant de proposer sa vision qui serait certainement celle du monde face à l’objet et non de l’objet face au monde.

Prévoyez-vous de quitter la fonction publique ? Pourquoi ?

(Rires…) Honnêtement, ce n’est pas parce que j’ai mis sur pied une plateforme comme celle-ci que je vais quitter la Fonction publique !

La Fonction publique, c’est la garantie d’une retraite assurée. Ma plateforme est juste un moyen de venir en aide à ceux qui, étant à la Fonction publique ou non, ont besoin d’assistance ou dont on peut faire appel en cas de besoin. Mais je vous garantis que je quitterai la Fonction publique quand j’aurai atteint l’âge de la retraite (rires…)

En 2018, que nous réserve CI2S?

Nous avons trois principaux objectifs en 2018 :

  • finaliser avec les deux versions de la plateforme, surtout la version Android que je préfère encore, car on n’aura pas besoin d’internet pour être assisté à partir de n’importe quelle localité au Cameroun.
  • Ensuite, d’ici la fin d’année, avoir un minimum de 5 000 professionnels et autant d’entreprises inscrites sur la plateforme.
  • Enfin, rechercher des soutiens qui pourraient nous aider à améliorer de fort belle manière, cette nouvelle expérience que notre entreprise s’est fixée depuis bientôt deux ans.

Avez-vous d’autres projets ? En consistent-ils ? /

Effectivement, nous avons d’autres projets. La principale est également une application web et Android qui propose une nouvelle façon de gérer les avis de recherches de personnes, d’objets et de colis. Grâce à cette application, avec un peu de chance, vous pourrez être informé en moins de cinq minutes sur l’endroit où votre personne, document ou colis se trouve. Cette application est déjà terminée, mais nous ne l’avons pas lancée officiellement pour des raisons de stratégies commerciales. Mais si tous les éléments sont réunis, d’ici fin mars 2018, elle sera disponible sur les plateformes de téléchargement.

Vous avez participé à la 52e édition du village jeunesse organisée par le Minjec
Quels souvenirs en gardez-vous ?

C’était en fait ma première expérience à cette foire. Donc j’ai apprécié que les visiteurs aient apprécié ma plateforme. C’est d’ailleurs face à de telles réalités qu’on s’ajuste toujours, car les circonstances font des challenges.

Croire qu’on est au top dans l’entrepreneuriat c’est donner une belle raison à son imagination de ne plus produire, donc de ne plus innover.

L’innovation est pour moi la clé dans la réussite de toute entreprise. Cela dit, je me félicite et je félicite les organisateurs de ce forum qui m’ont permis de rentrer avec un carnet d’adresses bien fourni, car c’est aussi cela, l’entreprise, toujours savoir où frapper pour produire tel fait.

Si vous deviez améliorer ce village que feriez-vous ?

Quand on entend « village jeune » on se dit c’est un espace aménagé où les jeunes se retrouvent et discutent de tout, font tout et réfléchissent surtout sur tout.

Mais là, l’accent a été un peu trop mis sur une foire commerciale où des structures qui, je dis bien pour moi, ne devrait plus se retrouver là pour exposer.

Elles devraient être là pour le suivi des jeunes.

Par ailleurs vous avez également participé au business challenge à la même période,
qu’est ce que le business challenge ?

Pour moi, le business challenge est une compétition des entreprises. Je m’arrête là.

Quelles étaients vos attentes lors de cette compétition?

Justement pour moi, en y allant, je me suis dit, comme c’est la première fois, je m’en vais me confronter à des entreprises déjà « assises » dans le domaine que j’ai attaqué. Des entreprises qui ont certainement plus d’argent qu’une start-up nouvellement créer comme la mienne. En fait, j’y allais pour m’essayer vraiment, mais convaincu que ma plateforme devrait faire réfléchir certaines entreprises également.

Quels souvenirs en gardez-vous ?

Honnêtement, c’est un souvenir mitigé. D’abord parce que je me suis retrouvé en train de compéter dans une même catégorie avec des personnes qui avaient encore leurs projets dans leurs « têtes », des personnes qui étaient déjà sûres de gagner,

bref je me suis confronté à plusieurs catégories de personnes qui m’ont tous permis d’apprendre la réalité du « dehors » (rires…).

Mais à ce concours, en tant qu’entreprise sur le terrain, j’ai présenté mes deux applications avec la certitude de remporter un prix dans un domaine, mais malheureusement et heureusement.

  • Malheureusement parce que ma plateforme ci2s-pro, qui a reçu beaucoup de satisfecit du jury est sortie au premier tour et la deuxième plateforme est arrivée au second tour (demi-finale).
  • Ce que je j’aurai souhaité pour cette compétition, c’est qu’il y ait une challenge ou confrontation entre les entreprises et le projet similaires dont les arbitres et les modérateurs soient le jury qui devraient déclarer le vainqueur final et les raisons du choix. (Je rêve trop. Désolé… Rires)

Où peut’ on suivre votre actualité ?

Sur Facebook : La page Cameroon Innovated Simple Services
Sur YouTube : sur la chaine Cameroon Innovated Simple Services
Sur Tweeter : Ci2s-pro.

La plus active actuellement

c’est Facebook et YouTube.

Un message pour la jeunesse ?

Je reconnais quand même qu’il faudrait du cran pour entreprendre, car si vous ne croyez pas en vous et si vous vous laissez influencer par les avis de certains, vous n’entreprendrez jamais.

Tel. : 670 52 88 05/ 696 02 06 75. Email : menguewilly@yahoo.fr / narcissstudio@gmail.com / contact@ci2s-pro.net

Propos receuillis par Catherine Assogo.

Partager l'article

Comments

comments

Laisser un commentaire